Parc National des Ecrins

pne-1510

Réallon : porte d'entrée du Parc National des Ecrins

Le plus remarquable parc naturel français vous invite à la rencontre de sa faune et de sa flore pour un spectacle permanent où se mêlent chamois, marmotte, lys orangé, aigle royal et edelweiss. Nous apportons une grande attention à la qualité de nos paysages. La montagne à l'état pur !

Créé en 1973, le Parc Naturel National des Ecrins est le parc européen de la haute-montagne. Cette vocation internationale lui a valu en 1990 et 1995 l'attribution du diplôme européen décerné par le Conseil de l'Europe. Entaillé de profondes vallées à l'identité forte, le Parc Naturel National des Ecrins est un carrefour bio-climatique entre les Alpes du nord et les Alpes du sud. C'est dire la variété de cet espace exceptionnel. Variété des paysages, de la faune de la flore et de l'identité des vallées.
chamois-ecrins-1507

La faune et la flore

De l'edelweiss à la lavande, de la renoncule des glaciers à la pivoine voyageuse, tout concourt à faire se rassembler espèces du grand nord et belles méditerranéennes. Ces méridionales aux mille couleurs ont colonisé les versants sud du massif où le Parc Naturel National des Ecrins s'étire au soleil de l'Embrunais.

C'est là, derrière les crêtes et au fond des vallons du Rabioux, du Couleau et de Réallon que se cachent marmottes et chamois sous l'oeil de l'aigle royal... Sur les pentes arides de ces rochers schisteux aux parois tourmentées, la linaire et la bérardie se partagent les rocailles avec la gentiane ou l'ancolie des Alpes. Des horizons à découvrir pas à pas, le long des sentiers.
serredumoutonforet-1509

Le mélèze

C'est l'essence typique des Hautes Alpes. La moitié des mélézins français sont dans ce département ! 

Il est le seul résineux à perdre ses aiguilles en hiver. Il pousse à peu près partout et il a des exigences écologiques très faibles. Il supporte le climat très rude de la montagne et fournit un bois qui a d'excellentes qualités pour des usages diversifiés.

Il se développe souvent dans des zones délaissées par l'homme. C'est une espèce pionnière et par voie de conséquence une essence transitoire car lorsqu'il a bien établi une ambiance forestière, d'autres essences plus opportunistes, à l'ombre de son clair feuillage, vont le coloniser (le sapin et le pin cembro).

C'est une essence très adaptée à une utilisation multifonctionnelle raisonnée des espaces montagnards (fourniture de pâturages d'appoint mais aussi de bois d'œuvre ou de chauffage, protections des terrains, etc. )
Imprimer
Accessibilité
Partager :